5 février 2020, 9h30. Une dizaine de membres de l’association se sont réunis place Denfert-Rochereau (Paris) pour visiter le nouveau site rénové du musée de la Libération de Paris – musée du Général Leclerc – musée Jean Moulin. Suivez-nous pour la visite !

Le musée de la Libération de Paris – musée du général Leclerc – musée Jean Moulin – a été inauguré le 25 août 2019, à l’occasion du 75e anniversaire de la Libération de Paris.
Le musée est accueilli dans un site patrimonial du XVIIIè siècle, les pavillons Ledoux de la place Denfert-Rochereau, entièrement restaurés et réaménagés / © Pierre-Antoine

Il est tôt, mais il ne faut pas traîner… Le musée ouvre ses portes au public dans 30 minutes top chrono ! Mais avant cela, nous devons entrer au plus vite pour profiter d’une expérience immersive sans gêner les futurs visiteurs. Nos deux guides, Marianne Klapisch, scénographe en charge du projet de rénovation et Sylvie Zaidman, directrice conservatrice du musée, nous ont réservé une surprise et nous invitent à “chausser” des casques de réalité mixte. La visite immersive peut commencer !

Après une descente vertigineuse à plus de vingt mètres sous le musée, nous rejoignons le poste de commandement du Colonel Rol-Tanguy, qui joua un rôle crucial dans la libération de Paris en août 1944. Nous déambulons librement dans les différentes pièces. Vides à priori, elles se meublent et prennent vie à travers nos lunettes.

Le “port du casque” est obligatoire ! / © EP
Les longs couloirs du PC Rol-Tanguy, chargés d’histoire… / © EP

Nous quittons le sous-sol : 100 marches à gravir, pas une de moins ! La visite commentée se poursuit, les salles se succèdent et les discussions vont bon train – qu’elles soient d’ordre historique ou techniques.

Il ne faut pas perdre le fil, mais le parcours chronologique nous mène tout droit jusqu’à la dernière salle où nous plongeons au cœur de la semaine du 19 au 25 août 1944 qui marqua un tournant dans la vie des français…. Des images fortes, parfois difficiles nous parviennent et nous rappellent qu’un projet comme celui-ci peut être délicat mais demeure un témoin de notre histoire. Un projet complexe au service d’un épisode unique de la guerre !

L’ensemble des membres de l’association remercie Marianne Klapisch et Sylvie Zaidman, ainsi que toute l’équipe du musée pour cette visite captivante et ces échanges enrichissants.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *